😩L’inaction de la Banque Publique d’Investissement (BPI) et des banques d’AIF

In 4) Prédateurs et soutiens
inaction bpi wattpark

⏩ Résumé de l’article

Ce n’est pas grâce à son pathétique chiffre d’affaire qu’AIF a pu subsister jusque là. En dehors des soutiens de ses juges actionnaires, des élus et organismes locaux, de ses proches et fournisseurs, ce sont surtout les levées de fonds et les perfusions d’argent public qui ont permis de maintenir ce projet en vie et ce malgré mes nombreux signalements depuis 2019. Les banques ont hélas joué un sinistre rôle dans cette dilapidation des deniers du peuple avec au 1er rang la Banque Publique d’Investissement (BPI). Aujourd’hui, malgré l’absence de résultats, AIF annonce même que BNP va les conduire en bourse d’ici 18mois…

Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin

Henry Ford

La BPI a financé le projet détecteur à hauteur de 400000 €

Après avoir versé 50000€ à la société IDFR de Marc Lepage et David Leguide pour la réalisation d’un prototype et d’un moule de détecteur à main type « pinpointer » qui ne verront au final jamais le jour, je me suis laissé convaincre d’effecteur une levée de fonds auprès de la Banque Publique d’Investissement (BPI). En effet Marc Lepage et David Leguide m’expliquèrent qu’ils avaient besoin de fonds supplémentaires pour terminer le projet détecteur.

400000€ ont donc été accordés par la BPI dans le cadre de ce second partenariat industriel innovant entre nos sociétés. En plus des 50000€, ma société s’est donc endettée de 240000€ auprès de la BPI ; aujourd’hui elle s’acquitte toujours et encore des remboursements des mensualités de ce prêt.

La société IDFR a elle obtenu 140000€. La Boutique du Fouilleur a reversé intégralement à IDFR les 240000€ obtenus. En contrepartie cette dernière n’a réalisé aucune diligence, ce qu’elle ne niera jamais dans les diverses procédures en cours. En 2017 elle indiquait dans le cadre de rapports obligatoires envoyés à la BPI que tout allait bien, que l’industrialisation était prévue en 2017. Malgré ce rapport, je ne voyais hélas toujours rien venir et commençais à m’impatienter.

Le 4 juillet 2019, quelques jours avant de reprendre mon fonds de commerce je contactais la BPI par l’intermédiaire de Bastien Nouaillac en charge du projet. Je l’avertissais du fait que Marc Lepage et David Leguide n’avaient fait aucune diligence concernant la création d’un détecteur de métaux et qu’ils avaient détourné ces fonds pour payer les dettes d’IDFR et leurs dépenses somptuaires. Je lui fournissais les preuves que le rapport de fin de programme envoyé à la BPI le 13/1/2017 était frauduleux. En effet, aboslument RIEN n’a été fait par IDFR pourtant Marc Lepage expliquait dans le rapport qu’ » Il a donc été décidé d’entrer à ce stade en phase de production industrielle avec la mise en place d’une levée de fond qui permettra aussi de poursuivre l’intégration des fonctions IA « . Les 400000€ d’argent public accordés à nos deux sociétés dans le cadre de ce partenariat ont donc servi à tout, sauf à la destination prévue par le contrat BPI.

Tout ceci rappelle toutes les annonces mensongères concernant la disponibilité des bornes de charge depuis 2018. Je mettais également Mr Nouaillac au courant de l’état d’avancement du projet bornes dans ce courriel.

La BPI a instruit le dossier de subvention du projet bornes pour 495000€

Ce 4 juillet 2019, j’explique à Mr Nouaillac qu’en plus du retard pris par le projet bornes, aucun prototype n’était disponible, que la liste des composants d’un éventuel prototype n’était même pas complète (je la joignais au courriel). Dans ce cas comment espérer une industrialisation en fin d’année comme promis par la gérance d’AIF ? Je glissais les premiers éléments que j’avais découvert sur le passif des deux prédateurs. Dans ces conditions, comme je venais d’apprendre que la BPI allait accorder une subvention de 495000€ à AIF, je l’invitais à auditer une nouvelle fois MM Lepage et Leguide afin de vérifier les modalités d’application de leurs engagements envers la BPI dans ces deux projets.

Je recevais le même jour un coup de fil de Mr Nouaillac sur mon téléphone portable dont j’avais laissé le n° en bas d’email. Il m’expliquait être très embêté car la BPI, dans le dossier financement de type Projet Investissement d’Avenir (PIA) ne se contentait que de l’instruire; la donneuse d’ordre était la région IDF via la présidente de la commission développement économique, Isabelle Perdereau. Il m’indiquait aller interroger un de s-es responsables car ce cas de figure ne s’était jamais présenté. Il me confirmait dans un 2eme coup de fil leur impossibilité d’agir même s’ils allaient en référer à la région. D’après lui, MM Lepage et Leguide devraient quoiqu’il arrive rendre des comptes ne serait- ce que pour le projet détecteur. Pendant ce temps là je dois continuer à rembourser les 240000€ de prêts BPI à hauteur de 4500€ par mois. En 2020, la BPI semble prendre le dossier au sérieux

Avec la pandémie, la BPI a permis le report de certaines de ces échéances de prêt. Toutefois je rencontre des difficultés à joindre la BPI en cette période de 1er confinement. Je parviens à rentrer en contact avec une interlocutrice compétente et à l’écoute. J’en profite pour lui expliquer l’origine du prêt et mes signalements de 2019; elle est outrée par ce que je lui décrit et m’invite à prendre contact avec Luc Doyennelle, directeur des participations à la BPI. Je renvoie mes signalements de 2019 mis à jour de nouveaux éléments avec à la clé toujours pas de prototype ni de borne disponible. Mr Doyennelle me renvoie un email d’encouragement et de remerciement pour le signalement; il me confirme avoir envoyé mes pièces au service du Contrôle Permanent. Ca fait chaud au cœur d’autant qu’un autre interlocuteur me confirme que MM Lepage et Leguide sont dorénavant « placés sur liste noire » à la BPI. Il est vrai que depuis lors, le logo BPI n’apparait plus nulle part sur leurs publications 🙂 La coordination est tout de même mauvaise car le pole de compétitivité Moveo (devenu NextMove) lié à la BPI continue de promouvoir le projet AIF/Wattpark à mon plus grand désarroi.

J’espère que contrairement à la BPI avec le projet détecteur qui n’a opéré aucun contrôle malgré mes signalements, la région opèrera un suivi et vérifiera comment a été utilisé cet argent public. En effet, cet article au sujet du PIA Wattpark trouvé sur le site de la région nous apprend qu’en échange de ces 495000 € l’équipe d’AIF devait honorer certains engagements comme investir 1.2M d’€ dans la recherche et développement afin de financer l’optimisation et la gestion intelligente des charges sur le réseau (il s’agit ici des fonctions smartgrid absentes au final de la borne) ainsi que la mobilité entropique intégrant en partie aussi de l’IA (là encore, cette fonction est absente). Vu les fonctions minimalistes intégrées sur l’application, Wattpark et vu l’absence d’ingénieur chez AIF je doute que ces engagements aient été tenus. Comptez sur moi pour rappeler à la région d’opérer ce contrôle, car après tout il s’agit d’argent public…

3 banques locales ont accordé 280000eur de Pret Garanti par l’Etat sur une base frauduleuse

Le paragraphe évènements postérieures à la clôture du bilan 2019 d’AIF nous apprend que la société a bénéficié de 280000 € de prêts garantis par l’état (PGE) auprès de 3 banques: CIC, Banque Populaire, Société Générale.

Le site du ministère de l’économie nous apprend que le montant du prêt peut atteindre jusqu’à 3 mois de chiffre d’affaires 2019 ou 2 années de masse salariale pour les entreprises innovantes ou créées. Le chiffre d’affaire d’AIF en 2019 est 883452€, soit 73621€ mensuel. AIF pouvait donc prétendre à un montant PGE maximum de 220863€. Il y a donc 60000€ de trop dans ce qui a été accordé par les banques. Il est précisé dans le bilan, qui n’a pas du manqué d’ être versé aux pièces lors de l’instruction du dossier que « l’arrêt de l’activité détection le 9 juillet 2019 n’avait engendré un chiffre d’affaire que sur 6 mois ». Sans la division détection, le chiffre d’AIF est de 0€ en 2019; il s’élevera à 48434€ en 2020 !

Le plus étonnant est qu’une semaine après avoir récupéré mon fond de commerce le 9 juillet 2019 j’envoyais un courriel avec AR à ces 3 banques. Dans ce dernier j’indiquais de manière la plus explicite possible que j’avais repris mon fonds de commerce de plein droit après résiliation du contrat de location gérance avec AIF, que j’avais repris possession de mes locaux à Saclas, et leur demandais de ne plus prendre en compte les bilans prévisionnels et documents liés à l’activité « détection » dans les demandes de crédit, prêt, refinancement, présentées par la société AIF et notamment par MM Lepage et Leguide. Ces 3 banques ont reçu ces courriers comme le prouve les AR joints au fichier. J’étais certain qu’AIF continuerait de se servir de mon fonds de commerce pour prétendre à des prêts, et ce qui a suivi m’a hélas donné raison.

Quand j’ai enfin pu mettre la main sur le bilan 2019 dans les derniers jours de 2020, j’ai constaté que malgré mes courriers, les 3 banques avaient accordé des prêts PGE à AIF en 2020, prenant donc en considération un chiffre d’affaire pour 2019 que la société ne réaliserait plus en 2020 ni les années suivantes. J’ai contacté ces 3 banques le 19/4/2021 pour demander des comptes et notamment pourquoi ils n’avaient pas tenu compte de mon courrier de 2019. Ces 3 banques ont accusé réception de mon courriel mais je n’ai reçu aucune réponse. La Banque Populaire et le CIC se situent à Angerville, la ville dont J.Mittelhausser président de la CAESE et soutien du projet est maire.

Le hasard fait que Mme Arrouas présidente du TC d’Evry et actionnaire d’AIF est administrateur pour la Caisse régionale du Credit Mutuel-CIC depuis 2016, cette même banque (CIC) qui a accordé une partie des PGE à AIF…

Jusqu’à novembre 2021, AIF se servait sur son KBIS du fonds de commerce de la ma société La Boutique du Fouilleur comme indiqué dans cet historique des modifications du KBIS d’AIF pour demander des prêts alors qu’elle n’en avait plus la jouissance depuis le 9/7/2019 ! Les banques à cause de mes mises en garde n’auraient pas du accorder ces PGE en se basant sur un chiffre d’affaire qui n’allait plus être renouvelé. Ne voyant toujours pas sortir les bornes depuis décembre 2018, elles devraient également a minima se poser des questions. Elles continuent au contraire comme si de rien n’était; Virginie MartinsMelo de la banque Populaire like même leurs communiqués sur LinkedIn !

Il s’agit là d’argent public qu’AIF, endettée à plus 2.5m d’euros (comme nous l’apprend son bilan 2020) et ayant transféré ses actifs dans une nouvelle société, la SAS WattPark, ne parviendra évidemment jamais à rembourser. La désinvolture des 3 banques dans l’accord de ce prêt s’explique par le fait que l’état, et donc nos deniers, couvrent ce montant à 90% comme nous l’apprend la FAQ PGE du Ministère de l’Economie. La garantie de l’Etat couvre 90% du PGE pour tous les professionnels et pour toutes les entreprises sauf pour les entreprises qui, en France, emploient plus de 5000 salariés ou réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 1,5 Md€, où la part du prêt garanti par l’Etat est de 70% ou de 80%. Sur les 10% du PGE non couvert par la garantie de l’Etat, la banque ne doit prendre aucune garantie ou sureté. La banque garde donc une part de risque et réalise de fait les diligences adaptées et proportionnées avant l’octroi du PGE. Il n’y a pas de droit au PGE.

Cela va même au delà du PGE. En se servant de mon fonds de commerce, AIF a obtenu un pret pour l’acquisition de ses locaux à Saclas. Les dernières pages des statuts de cette SCI indiquent qu’ils ont fourni un KBIS daté de juillet 2020 dans lequel est toujours mentionné ma société en location gérance et donc mon fond de commerce indirectement comme caution vu qu’AIF ne réalise aucun chiffre d’affaire. Pourtant j’avais averti ces banques dès juillet 2019 par ecrit de manière officielle et plusieurs fois. La personne qui signe ces documents est David Leguide, multirécidiviste qui sortait tout juste d’une interdiction de gérance et qui aujourd’hui est toujours insolvable. Les banques ne procèdent elles donc à aucune vérification ?

C’est la collectivité qui paie le manque de vigilance des Banques

Au final des centaines de milliers d’argent public ont été levés et flambés pour rien dans les entreprises de Dominique et c’était David Leguide qui était aux manettes (à l’époque la BPI s’appelait OSEO et est intervenue en financement pour 500000e à minima).

Avec le projet détecteur c’est 400000 eur de pret BPI pour un projet de détecteur pour lequel Marc Lepage et David Leguide n’ont rien fait et ont une nouvelle détourné les fonds.

Quant à AIF, dont Marc Lepage est gérant et David Leguide directeur financier avec délégation de signature et pouvoir bancaire, c’est 495000eur de PIA instruits par la BPI partis en fumée ! Là il s’agit d’une subvention donc une perte sèche pour la collectivité.

C’est encore cette même BPI qui est censée vérifier les Prets Garantis par l’Etat…300000eur ne seront jamais remboursés.

La BPI et les banques ont été averties de toutes ces affaires et pourtant nos deux prédateurs continuent leurs affaires comme si de rien n’était. Et cela dure depuis des années !

Il y a donc vraiment quelque chose qui ne fonctionne pas à la BPI et c’est de l’argent publique qui part en fumée à chaque fois. Dès que les noms Lepage ou Leguide (voir AIF/IDFR) apparaissent sur une formalité de prêt, une alerte devrait retentir et les écrans clignoter en rouge à la BPI. Vous savez ce genre d’alerte que pretexte un banquier pour refuser un pret à un particulier qui a eu le malheur de rencontrer des difficultés à un moment de sa vie…

L’attitude détestable de mon nouveau conseiller BPI

En 2021 je demande à étaler les remboursements de mes prets BPI par lesquels je me suis endetté pour le projet détecteur; au lieu de rembourser sur 2 ans, j’aimerais m’acquitter de ma dette sur 4 ans, soit des mensualités de 2000€ au lieu de 4000€, ce qui représente un bol d’air en période d’incertitude liée à la pandémie. Même si ces fonds ont été détournés par Marc Lepage et David Leguide, ils m’appartient de rembourser cette dette. J’ai sauvé ma société mais n’ai jamais reçu aucune rémunération depuis juillet 2019 compte tenu des dettes laissées par les deux prédateurs, cet étalement serait donc le bienvenu. En pleine pandémie, je pensais que ma demande d’étalement serait à défaut d’être une formalité considérée avec bienveillance. J’ai eu la chance d’être en contact avec Alexandre Villateau de la BPI. Il m’a expliqué que nous devions monter ensemble un dossier qui devrait passer en commission. Cela prendra de très nombreux mois avec de très nombreux tableaux financiers à la clé et des heures au téléphone.

Mr Villateau a tout compris de la situation de ma société et je lui ai communiqué tous les chiffres. Hélas, en juin 2021 il m’appelait pour m’expliquer que ma demande d’étalement avait été refusée ! Je souhaitais simplement m’acquitter de mes dettes en pleine pandémie (dettes contractées pour un projet frauduleux confié à IDFR je le rappelle), alors même que les autorités ne cessaient de communiquer sur leur bienveillance dans le traitement des dossiers de prêt et qu’au même moment cette même BPI avait accordé des centaines de milliers d’€ de subventions et PGE à AIF, on me refusait un simple étalement d’une année supplémentaire. Mais de qui se moque t’on ?

Je faisais savoir à Marc De Villeneuve (qui contrairement à son collègue était loin d’être compréhensif) que l’attitude de la BPI était inacceptable et menaçait de ne pas en rester là. 3 jours plus tard je recevais un nouveau coup de fil qui m’apprenait que mon dossier avait comme par miracle été réévalué mais que seul l’un des deux prêts BPI allait voir ses mensualités rééchelonnées. C’était une demi-victoire.

Hélas le lendemain Mr Villateau quittait la BPI. Je me retrouvais avec Mr De Villeneuve qui n’allait faire preuve d’aucune bienveillance. Ce dernier ira même jusqu’à m’accuser d’être un menteur auprès d’une de mes salariés estimant qu’il n’était pas au courant des nouveaux statuts de ma société et que je n’étais pas assez diligent (alors que j’avais fait parvenir toutes ces pièces bien entendu à Mr Villateau). En 15 ans, je n’ai jamais laissé aucun impayé et n’ai jamais eu le moindre centime de redressement. Une telle attitude est un comble alors que je n’ai jamais demandé autre chose que de pouvoir m’acquitter de ma dette contractée pour le projet frauduleux de MM Lepage et Leguide. D’autres dans ma situation se seraient contentés de liquider leur société et de repartir sur de nouvelles bases. On verra d’ailleurs comment AIF va rembourser ses dettes qui s’élèvent à 2.5m d’€…Aujourd’hui il me reste 50000€ à rembourser sur ces 240000€, ce qui sera fait dans 24 mois.

En 2021, Wattpark intègre l’incubateur d’Allianz avec le soutien de BPI France qui décidément ne comprend rien à rien… Après les virus, c’est au tour de Wattpark d’incuber.

Le 21/6/2022, Ouest France reprend les propos de Marc Lepage qui indique que Wattpark sans même avoir produit est valorisée à 12millions d’€; il affirme même que BNP-Paribas veut emmener Wattpark en bourse…Après le CIC, la SG, la Banque Populaire c’est au tour de la BNP d’entrer dans la danse !

🎓 Apprendre des erreurs…

Les contrôles au sein de la BPI semblent avoir été défaillants. Il appartient à cette institution qui gère l’argent public d’en tirer les conséquences. Concrètement, si la BPI oppose son véto dans un dossier comme elle aurait pu/du le faire pour ce qui est du PIA et des 495000eur accordés par la région, son avis devrait être suspensif. La BPI et les banques devraient être plus vigilantes quant aux contrôles qu’elle pratiquent avant d’accorder de l’argent public ne serait ce qu’en contrôlant les historiques des demandeurs. Ainsi en 2019 elle aurait remarqué que David Leguide était interdit de gestion ce qui aurait du l’alerter.

You may also read!

Au Tribunal des Prudhommes d’Evry les bananes poussent également très bien !

⏩ Résumé de l'article Comme c'est déjà le cas avec le tribunal de commerce d'Evry, les actionnaires d'AIF sont

Read More...

🎥LE REPORTAGE DE WATTPARK SUR TF1 DU 2/5/2023 A ETE TRUQUE !

⏩ Résumé de l'article Depuis mai 2022, Wattpark ne faisait plus trop les gros titres des sites spécialisés, mais

Read More...

🥕2 NOUVEAUX PROJETS BIDONS POUR GRATTER DE L’ARGENT PUBLIC

⏩ Résumé de l'article "Même joueur, recommence..." Le robinet de l'argent public semble enfin avoir été fermé pour Wattpark,

Read More...

Leave a reply:

Mobile Sliding Menu